Il y a quelques années, en France, un prêtre exorciste impose les mains à une jeune femme de toute évidence tourmentée par quelque esprit ténébreux. Invoquant le divin et puissant secours du Sang Précieux de Jésus, il s’entendit rétorquer: «Vous me fatiguez, vous, avec ce Nom! Arrêtez!» Une grosse voix mâle, autoritaire, et qui se présenta en réponse à la question «Qui êtes-vous?»: «Je suis Baal!... Envoyé pour détruire l’Eucharistie! Mission impossible! Car à chaque minute dans le monde il y a des imbéciles qui disent la messe, et des gens stupides qui communient… Je me venge en détruisant le goût de la Bible dans le cœur des prêtres et de vos soi-disant fidèles…»

Donc les démons eux-mêmes savent fort bien que la Parole de Dieu est l’instrument parfait pour instaurer le Divin Règne du Christ dans les cœurs, pour incarner dans la chair du monde la céleste Présence du Dieu créateur des univers visible et invisible, afin qu’Il soit adoré par toute créature. Cela devrait nous servir de leçon, à nous tous qui prétendons croire en Jésus Christ dont sans façon nous négligeons l’obéissance stricte à la Parole: nous oublions – que dis-je: nous n’y pensons même pas! - qu’il nous incombe de porter en nous sa divine Présence en devenant ces tabernacles vivants qui irradient la lumière du Ressuscité dans le monde. Or, pour y arriver, il nous faut «manger la Parole de Dieu» (Ez 3,3), en goûter à la fois «le miel et l’amertume» (Ap 10,9-11). Le miel, car elle est douce, la Parole qui nous ressuscite en nous réveillant de notre léthargie: «Eveille-toi, toi qui dors!»; l’amertume parce qu’elle nous dérange, ce «glaive de l’Esprit» qui nous broie et nous déchire au plus profond de nous-mêmes (He 4,12), tandis que nous voudrions nous construire nous-mêmes en dehors de Dieu.

Cette ineptie (ce que le pot ne fera jamais entre les mains du potier, Jér 18) part du goût si ‘‘délicieux’’ du péché en nous, jusqu’aux lois des Nations où Mammon commande en maître, en passant par nos paresses spirituelles (nous refusons si souvent de nous livrer à la confession, pourtant sacrement véritable de guérison…) et nos «délestages» mentaux (absence totale de lumière et donc de discernement) qui nous font écarter d’un revers de main la méditation quotidienne et vitale de la Parole, et donc la possibilité de rencontrer Dieu chaque jour pour cheminer avec Lui à chaque instant à travers sa Parole ruminée.

Au départ de l’Ecole de prière ND Vierge Puissante de l’Archidiocèse de Kinshasa/RDC, en 1981-82, à la Cathédrale ND du Congo, nous faisions – nous étions dans l’ignorance - ce que font aujourd’hui les centaines de sectes chrétiennes en mal d’exorcisme sauvage: guérir sans évangéliser, répondant aux sentiments et aux besoins urgents des clients, et finalement recherchant «la gloire qui vient des hommes» (Jn 5,44; 12,43). Or il nous fallait d’abord obligatoirement «évangéliser», leur faire découvrir que La Parole assimilée est notre unique Source de vie, que c’est Jésus Christ en personne qu’il nous faut intimement ‘‘rencontrer et vivre’’ de la plus naturelle des façons, et Lui, au fil du temps, réalisera notre transformation humaine, morale, spirituelle et sociale. Au lieu de cela, aveugles et superbes, nous nous contentions du succès apparent des guérisons physiques miraculeuses... Conséquences dramatiques: aussitôt guéris physiquement, ces pseudo-chrétiens non convertis, donc n’appartenant pas au Christ parce que «n’ayant pas en eux l’Esprit du Christ» (Rom 8,9), reprenaient leur vie de péché sans le moindre souci, et ainsi beaucoup de nos ‘’miraculés’’ en sont morts.

A notre grand dépit et étonnement! La leçon était rude et humiliante mais bienfaisante aussi: nous avons compris, avant le mot, les exigences prioritaires de la Nouvelle Evangélisation: «Sous l’impulsion du Saint Esprit» (Gal 5,16.25), pénétrer dans les profondeurs de la Parole qui nous fait «rentrer en nous-mêmes» (Lc 15,17), afin de faire place nette en nos cœurs-«poubelles» purifiés qui deviennent à même de recevoir et protéger la «Manne cachée» (Ap 2,17) du «Verbe de Vie» (1Jn 1,1). C’est cela être évangélisé!

Mission impossible

A. Kibwila Alphonse Marie de la Croix

Accueil

Editorial

Courrier

Politique et proverbes africains en Afrique

Pentecôtistes

en Afrique

La procession du Nazaréen Noir

Mariage et dot

Connaître la Bible

Mission impossible

Réseaux sociaux: espaces pour l’évangélisation

L’agriculture n’attire pas

Yalla, Jeunes!

Dynamique Forum

Congo:

les non-dits

Que faisons nous?

Vademecum